Le chemin mythique de Saint-Jacques-de-Compostelle

Vous avez certainement déjà entendu parler du chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Des milliers de pèlerins (catholiques ou non) se rendent à Compostelle chaque année. Mais savez-vous de quoi s’agit-il vraiment ? Découvrez le nord de l’Espagne à travers ce chemin mythique !

Origine

Le pèlerinage est né de la découverte du tombeau de Jacques le Majeur, l’un des douze apôtres de Jésus Christ, vers l’an 800. D’après la légende la tombe a été retrouvée par un ermite grâce à une étoile qui brillait au-dessus d’un champ. Cette légende serait à l’origine du nom Campus Stellae (champ de l’étoile), qui étymologiquement expliquerait le nom de la ville de Compostelle.

Au début du IXe siècle, le roi Alphonse II ordonna la construction de la première église construite en l’honneur de Saint-Jacques (Santiago) ; et ce fut lui-même le premier pèlerin. Dès lors la renommée des miracles attribués à Saint-Jacques se propagea à travers le monde et des chrétiens venus de toute l’Europe commencèrent à entreprendre un long chemin qui les mena à Santiago pour rendre hommage à l’apôtre.

Mais les voyageurs avaient du mal à atteindre leur objectif : les routes romaines, en plus d’être dans un état pitoyable, n’étaient pas sûres et les ponts étaient détruits. C’est pourquoi les rois et les papes de l’époque prirent des mesures de protection : ils fondèrent des hôpitaux, des abris et des temples pour aider les pèlerins tout au long du chemin. Ce fut l’origine du « camino francés ».

Camino francés

Hans-Jakob Weinz – Flickr

Chemins de Compostelle

Une phrase fameuse dit qu’il y autant de chemins qui mènent à Compostelle que de pèlerins. Malgré tout il y a un chemin particulièrement fréquenté, surtout par les « jacquets » espagnols : le camino francés.

Ce chemin, déclaré Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO en 1993, commence dans les Pyrénées. Ses deux variantes dépendent du point de départ choisi : Roncevaux (en Navarre) ou Somport (en Aragon). Les deux itinéraires se rejoignent ensuite à Puente la Reina avant de traverser La Rioja et la Castille-León en direction de la Galice.

Le Chemin Français

Le Chemin français par l’Aragon : Ayant comme point de départ la station du Somport, ce chemin traverse les villes de Jaca, dont la cathédrale et le monastère San Juan de la Peña valent le détour. Une fois en Navarre, à Puente la Reina, il faut absolument voir le monastère San Salvador de Leyre, l’église Santa María la Real de Sangüesa et également l’étonnante église Santa María de Eunate.

Le Chemin français par la Navarre : Cette branche du chemin commence à Roncevaux. La cathédrale en est une des étapes remarquables. La cathédrale de Pampelune et le pont roman de Puente la Reina sont également à mentionner. Un peu plus loin se trouve l’église San Román de Cirauqui ainsi que la belle cité médiévale d’Estella. Le monastère d‘Irache et l’église Santo Sepulcro de Torres del Río sont à voir également.

Le Chemin français à La Rioja : A La Rioja, la cathédrale de Logroño est un monument à ne pas manquer. A Nájera, il faut visiter le monastère Santa María la Real. Non loin de là, se trouve San Millán de la Cogolla, un village qui abrite le berceau de la langue castillane : les monastères de Yuso et Suso, classés au patrimoine mondial.

Le Chemin français en Castille-León : Les champs de Castille-León sont semés de constructions grandioses et de monuments historiques tels que les fonts baptismaux de l’église de Redecilla del Camino et le monastère de San Juan de Ortega. Mais le monument le plus important de la région est l’imposante cathédrale de Burgos : classée au patrimoine mondial, elle laisse ses visiteurs bouche-bée. Un autre endroit à ne pas manquer à Burgos est le monastère cistercien Santa María Real de las Huelgas.

Dans la ville de León, la cathédrale de San Isidoro est incontournable. A Astorga, la cathédrale et son palais épiscopal, dessiné par Gaudí, sont de magnifiques lieux pour les amateurs d’architecture. Avant d’entrer en Galice, il faut voir le château de Ponferrada et le centre historique de Villafranca del Bierzo.

Le Chemin français en Galice : Une fois en Galice, et avant d’arriver à Compostelle, se trouvent plusieurs sites intéressants tels que le monastère de Samos, l’église San Juan ou San Nicolás de Portomarín, l’église Vilar de Donas et la localité de Melide. Et finalement,  Saint-Jacques-de-Compostelle, avec sa cathédrale impressionnante et sa vieille ville pleine de charme.

Comment faire le chemin

A pied, à bicyclette ou encore à cheval… Il existe plusieurs façons de faire le chemin de Saint-Jacques. Mais la plupart des pèlerins le font à pied. Voici quelques astuces pour arriver à Compostelle sain et sauf :

Le choix du sac-à-dos est fondamental : un sac de 40 litres, adapté à votre anatomie, devrait être suffisant. Pour mieux en supporter la charge, il est conseillé de l’attacher aux hanches. Quant au poids, il est primordial de voyager léger : idéalement votre sac ne doit  pas peser plus de 7 kilos ou représenter plus 10 % de votre poids.

Le sac de couchage, la cape de pluie ainsi que le matelas sont indispensables !

Tous les documents administratifs nécessaires (carte d’identité, passeport ou toute autre pièce d’identité, sans oublier la carte sanitaire) ainsi qu’une trousse à pharmacie rudimentaires sont également des éléments à ne pas oublier.

Utilisez des chaussures de montagne, imperméables, parfaitement adaptées à votre pied (une pointure de plus que celle que vous chaussez habituellement). Idéalement vos chaussures ne devraient pas être neuves.

Mettez des chaussettes en coton. Il est recommandé de mettre des chaussettes fines et par-dessus une paire plus grosse pour empêcher le frottement du pied avec les chaussures et ainsi éviter la formation d’ampoules. Appliquer de la vaseline sur ses pieds est également une bonne astuce pour s’en prémunir.

 

Obtenir la credencial

La credencial et la créanciale sont des « carnets de pèlerin », héritiers de la « lettre de créance » médiévale, où le pèlerin fait apposer un tampon (sello, en castillan) à chaque étape. Ce document est obligatoire en Espagne, pour dormir dans les gîtes. La credencial est seulement délivrée par les associations jacquaires.

Que vous l’arpentiez par curiosité culturelle, motivation spirituelle ou encore pour relever un défi personnel, le chemin de Saint-Jacques de Compostelle est une route incontournable qui vous fera traverser des villes et villages pleins de charme jalonnés de paysages magnifiques. Cela peut également être une excellente opportunité pour rencontrer des personnes venues d’horizons divers. Mais ce sera surtout une manière incomparable de vous retrouver vous-même. N’oubliez pas de fixer la coquille à votre manteau ! ¡ Buen camino !

  1. quelain says:

    Bonjour,
    Membre du groupe Prière & Rando, je souhaite effectuer, du 1er au 31 juillet prochain, le chemin de Saint Jacques de Compostelle (partie espagnole Le Camino Francès). Ayant quelques troubles de l’équilibre, je cherche une (des) personne(s) pour m’accompagner et m’apporter un peu d’aide. Si vous êtes intéressé et disponible pendant cette période pour partager ce pèlerinage merci de me contacter : olivier7compostelle@hotmail.com
    Bonne journée
    Olivier

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>